HAPPY??? TOUJOURS

Nombre de Femmes, de Mamans ou de personnes de manière générale me demandent souvent: COMMENT FAIS-TU POUR TOUJOURS ETRE JOYEUSE?

A cela, une seule réponse: JE VIS.

 

Je vous vois déjà dubitatifs: << mouais elle se fiche de nous, elle a son tube d’anti dépresseurs sous son oreiller, elle pleur tous les jours etc…>>.

Celles et ceux qui me connaissent savent que JE VIS, JE SUIS HEUREUSE de ce que je vis. J’éprouve beaucoup de reconnaissance pour tous les moments que je vis: BONS OU MAUVAIS. Car à chaque évènement, j’apprends. J’apprends de moi et des autres.

Mariée, 7 jeunes enfants, 1 création d’entreprise sont autant de situations qui pourraient me faire paniquer, perdre pied. Du tout car je prends SOIN DE MOI car à travers tout ce que j’entreprends, C’EST DE MOI DONT IL S’AGIT. Je prends les choses au fur et à mesure, à mon rythme sans me mettre la pression. JE N’AI RIEN A PROUVER. Par contre, JE DOIS MONTRER A MON ETRE que je LE RESPECTE.

Bien sûr, comme tout le monde, je m’effondre parfois mais je me relève TOUJOURS. Rien d’anormal mais juste INSTINCTIF: rester allonger c’est devenir une proie potentielle. Alors je me lève, je me relève.

Tout ça pour dire, qu’aujourd’hui, mes jolis parents je vais vous donner quelques tuyaux qui vont vous inonder de BONHEUR ( ouais je sais joli jeu de mots ^^^)

LA JOIE C’EST QUOI?

LA JOIE c’est tout SIMPLEMENT L’AMOUR. LA JOIE de vivre de belles choses, qui nous comblent ( vous voyez la sémantique est importante), qui nous grandissent… en nous faisant du bien… dans L’AMOUR donc.

LA JOIE POUR TOUS?

OUI OUI OUI je ne le dirai jamais assez. Nous avons TOUTES ET TOUS LA JOIE EN NOUS. 

Nous culpabilisons trop souvent dans nos sociétés occidentales à ETRE JOYEUX. Comment être heureux alors que tant de misère dans le monde, tant de problèmes privés ou professionnels,etc….? Et alors, être moins JOYEUX n’empêchera pas d’enlever la misère, la famine.

♥ Par contre de vivre en pleine conscience VOTRE JOIE sera une véritable preuve d’amour ENVERS VOUS même et vous vous montrez ainsi plus ALTRUISTES ♥ et donc plus à l’écoute des besoins des Autres. Je prends souvent auprès de mes enfants, les exemples de Ste Térésa ou Soeur Emmanuelle ( religieuses oui mais Femmes avant tout). Elles étaient JOIE alors qu’elles vivaient au milieu des miséreux..

VIVRE DANS LA JOIE EST UN CHOIX QUE NOUS FAISONS POUR NOUS, D’ABORD POUR NOUS. C’EST UN CHOIX D’AMOUR. 

POURQUOI LA PEUR D’ETRE JOYEUX?

Ce sont souvent des raisons lointaines de l’enfance: << tu ne seras heureux que si tu as des diplômes, que si tu es marié, que si ceci et cela…>>. Quelle horreur!!!!!!! Ces enracinements culpabilisants empêchent les développements des enfants. Ces enracinements deviennent des blocages car ils sont croyances. Et les croyances poussées à l’extrême enferment plus qu’autre chose.

QUE FAIRE? 

Dès la petite enfance, il n’y a qu’une seule problématique à laquelle il faut répondre par la positive: faire prendre conscience à nos p’tits papillons qu’ils doivent S’AIMER EUX-MEMES, PRENDRE SOIN D’EUX-MEMES.

Autrement dit: << AIME TOI EN PREMIER MON P’TIT PAPILLON et ENSUITE LE RESTE SUIVRA>>.

Il ne s’agit pas de les sur estimer. Il s’agit de LES FAIRE S’ESTIMER A LEUR JUSTE VALEUR.

Ainsi il n’y aura plus de CROYANCES BONNES OU MAUVAISES mais JUSTES.

NOUS LES ADULTES AU QUOTIDIEN ET PLUS PARTICULIEREMENT LES PARENTS: COMMENT FAIRE POUR RESTER JOYEUX?

LA JOIE est subjective. Par contre il y a 2 questionnements: EST ASSEZ? ou EST-CE JUSTE?

Vous décidez de vous satisfaire de ce que vous avez alors que cela ne vous comble pas.

Vous décidez de poursuivre la plénitude dans laquelle vous vivez et l’entretenez même. 

Pour cela, quelques petites règles très simples:

  • NE JAMAIS REMETTRE A DEMAIN: vous voulez prendre un rdv pour du canoë? pour une sortie équestre? une virée sur la plage avec des amis? seule?

FAITES VOUS DU BIEN DANS LA JOIE: VIVEZ.

LE PLAISIR permettra de prendre encore compte vos besoins et vous montrera plus ouverts aux autres.

  • PRATIQUER LA GRATITUDE: je conseille la méditation, celle qui permet de rendre grâce pour tous les moments vécus et de se poser à un moment T pour se ressourcer du positif.

LA GRATITUDE remplit de JOIE et permet d’avancer pour soi. C’est reconnaître que nous avons pris SOIN de NOTRE BODY, MIND & SOUL

  • DEMANDER LA JOIE. Marqué comme ça, je parais illuminée ( du tout quoi que… hahahaha) . Plus sérieusement, il s’agit d’un effet boule de neige: LA JOIE ENGENDRE PLUS DE JOIE QUI ELE-MEME ENGENDRE PLUS DE JOIE ETC…..

A RETENIR:

SE DEMANDER CE QUI NOUS REND HEUREUX

S’AUTORISER A L’ENTRETENIR

PROFITER DE CE QUE NOUS MERITONS. 

LES PETITS PLUS:

NE FAIRE QU’UNE SEULE CHOSE A LA FOIS.

PEU IMPORTE LE TEMPS, LA MANIERE: L’ESSENTIEL EST D’ATTEINDRE SON OBJECTIF.

DONNER DU REPOS A SON COPRS: UN ESPRIT SAIN DANS UN CORPS SAIN est une expression qui fait sourire et pourtant.  Broyer du noir, ralentit le fonctionnement de notre corps. Malmener notre corps induit un mal être, un mal penser.

ETRE ORGANISE afin d’éviter de se montrer déborder par le moindre imprévu

NE PAS SE TROUVER D’EXCUSE et ACCEPTER CE QUI ARRIVE. JE dis souvent << J’ACCUEILLE>>. ACCUEILLIR le bon comme le mauvais

ALLO MAMAN BOBO :-(

Aujourd’hui, un sujet angoissant, douloureux pour la famille toute entière et en particulier la fratrie.

En effet, il s’agit de vous parler de l’hospitalisation de l’un de vos p’tits papillons et l’impact dans une fratrie.

Actuellement dans notre entourage proche ou moins proche, 2 enfants vont vivre ou ont vécu des opérations très lourdes; sources de peurs pour l’enfant concerné mais aussi pour leurs frères et soeurs. Je pense donc tout particulièrement à Raphl ( 3ans) qui va être opéré du cerveau ainsi qu’à Romain ( âgé de 14 ans) et qui vient de subir sa 2ème opération à coeur ouvert.

Le but n’est ni de faire pleurer, ni d’inquiéter les parents ou p’tits papillons qui sont au domicile mais pour vous montrer qu’en trouvant les bons mots, en ayant les bonnes attitudes ces épreuves se vivent plus… sereinement.

NO PANIC

Quand notre petite 5ème est née il y a un peu plus de 3 ans, nous étions loin d’imaginer qu’à peine 4 semaines après sa naissance l’équipe médicale nous préparait à lui dire un au-revoir éternel.

En effet, alors que la grossesse et l’accouchement s’étaient très bien déroulés; le retour à la maison avait été tout aussi idyllique.

Et puis un samedi soir, mon p’tit papillon s’est trouvée avoir de la fièvre et une asthénie inhabituelle. Ses aînés l’avaient peut être fatiguée, elle couvait peut-être un microbe de novembre? Bref, je la couchais en étant vigilante mais pas inquiète…malgré son tout petit âge.

Le lendemain matin, je la trouvais complètement inerte, avec presque 41°C de fièvre et une nuque toute raide.

Ma fille avait-elle la méningite? Allais-je la perdre ?

Alors que les grands me posent 1000 et 1 questions, je me dois de dire les choses mais sans les affoler. Ne pas projeter sur eux mes craintes.

Je ne savais pas ce dont leur petite soeur souffrait et il était inutile que je les emmène sur de fausses pistes.

Toujours garder en tête que nous sommes les parents et que nous devons les rassurer même si nous à l’intérieur nous sommes affolés, appeurés etc…

Notre comportement induit le leur.

Je pris donc mon véhicule et nous arrivâmes à l’hôpital à peine 10 minutes après.

Auscultée en URGENCES ( croyez moi c’est bon signe quand on attend: c’est que ce n’est pas vital), l’équipe médicale a craint de suite à une méningite.

Les médecins m’avaient de suite mis en alerte sur l’état alarmant de ma petite.

Alors bien sûr j’étais avec Elle mais mes autres enfants???? Qu’en était-il? Certes ils étaient avec leur papa mais que se disaient-ils? Que pensaient-ils?

Pour résumer rapidement, mon p’tit papillon était arrivée le dimanche matin. Elle a eu tous les examens possibles et inimaginables compte tenu de ce petit corps si fragile.

Dans la nuit du lundi au mardi, vers 2h00 du matin un médecin du service de pédiatrie est venu me voir en personne pour me préparer à l’incompréhension de la situation et que je devais me préparer à la perte de ma fille. En effet, malgré les antibiotiques, la fièvre ne baissait pas; il n’y avait rien d’anormal au niveau des fonctions vitales,etc… Que se passait-il?

Seule cette nuit là, je ne devais pas m’effondrer. Ma fille présente devant moi , toute tremblante avait besoin que je l’accompagne vers sa dernière demeure ( si tel était le cas) et je devais tenir bon pour annoncer cette épreuve à mes grands qui me questionnaient chaque jour sur le retour de leur soeur).

Je me souviens lui avoir tenu la main, l’avoir rassurée sur ma présence au moment où elle partirait.

Rester éveillée pour l’aider à lutter d’une part contre ce qui l’attaquait et être présente coûte que coûte.

Elle s’est endormie vers 3h30. Je ne l’ai pas lâchée du regard, fixant sa respiration.

Vers 6h00, le médecin est revenu. Prise de température: 36,8°.

Oui, la fièvre était partie vraiment partie. Alors bien sûr sur le moment , un doute de me dire que la fièvre va revenir et va l’emporter.

Elle est restée à l’hôpital jusqu’au samedi et depuis son retour, elle n’a JAMAIS été malade.

Aujourd’hui, mon p’tit papillon se porte à merveilles et ses frères et soeurs sont tellement heureux de la voir grandir, crier, rire 🙂

IL AURA FALLU PARLER, ECOUTER, ENTENDRE, RASSURER, RECONFORTER mes grands mais ils n’en sont sortis que plus grands, plus fraternels et pus forts encore.

REGLES D’OR

Les frères et soeur peuvent ressentir de L’ANGOISSE, de LA PEUR, de LA PEINE, de L’INQUIETUDE, de la COLERE

Ainsi, pour leur apporter réconfort, différentes manières d’agir:

  • Ecouter leurs questions et y répondre franchement ( avec des mots d’enfants en fonction de l’âge)
  • A chaque départ et retour des parents, faire parler la fratrie pour qu’elle puisse exprimer ses craintes, ses doutes.

Je ne le dirai jamais assez: IL EST PRIMORDIAL DE PARLER, D’ENTENDRE et D’APPORTER des réponses claires et précises et ce, sans être alarmiste.

  • Essayer ( je sais que ce n’est pas toujours facile) d’entendre et de voir les signes d’inquiétude de vos enfants qui restent à la maison: cauchemars, pleurs inhabituels, énurésie, perte d’appétit ou à l’inverse sorte de boulimie, problèmes scolaires etc…
  • PARLER, PARLER, PARLER

ACTIONS A METTRE EN OEUVRE

  1. Faire faire des dessins par les plus grands
  2. Demander à l’équipe médicale de les accueillir et de leur expliquer en quelques mots simples et justes la situation
  3. Mettre un calendrier en notant nos absences 
  4. Donner le nom des machines qui peuvent être dans la chambre et qui font du bruit
  5. Prendre des photos pour les laisser dans la chambre de l’enfant hospitalisé
  6. Laisser les enfants apporter leur touche personnelle à la chambre: livres, écrits, réalisations scolaires etc…

La liste ici est loin d’être complète car différente en fonction de chaque famille, chaque enfant hospitalisé d’une part et de la fratrie d’autre part.

AIDES DES ASSOCIATIONS

Quelques liens d’associations qui aident les enfants hospitalisés et qui accompagnent AUSSI leurs familles

LE PETIT PRINCE A DIT

IL JOUAIT DU PIANO DEBOUT

NEZ ROUGE

FAIS UN VOEU

PANSEMENT

A tous mes jolis parents qui vivez cette situation si difficile et douloureuse, je vous apporte tout mon soutien.

Pensée particulière aussi à tous les petits prémas qui viennent parfois bouleverser les aînés par leur besoins de prise en charge particulière.

COURAGE à vous toutes et tous, parents et p’tits papillons.

Ne jamais baisser les bras. 

Mon histoire, celle de MA FILLE démontre ô combien il ne faut rien lâcher.

Douce continuation et surtout AIMEZ-VOUS: il n’y a que ça d’vrai.

 

 

 

 

AYURVEDA: A L’ECOUTE DE SOI

Plutôt que de consommer des médicaments de la médecine traditionnelle aveuglément, je vous propose aujourd’hui de parler de L’AYURVEDA.

 

Tout le monde ( et de plus en plus) en entend parler mais qu’est ce que c’est réellement: une science, une médecine, un art de vivre, un art de consommer, un art d’être, d’avoir ou plutôt de recevoir?

Et bien c’est un peu tout cela à la fois.

Ce que j’en retiens en tout cas: ETRE ET AVOIR sont indissociables dans cette pratique qui est applicable de manière très aisée dans notre quotidien

QUELQUES NOTIONS ANCESTRALES

Il y a presque 3 000 ans, cette forme de médecine est née en Inde.

En 1 000av JC déjà deux textes principaux faisaient références aux bienfaits de l’ayurveda: le SUSHRUTA SAMHITA et le CHARAKA SAMHITA.

Ce système de médecine repose donc sur des textes les plus anciens au monde.

Mais avant ces écrits, les connaissances étaient transmises oralement de génération en génération

L’AYURVEDA: C’EST QUOI?

Il ne faut pas chercher une science exacte ou une médecine au sens où nous, les occidentaux attendons des symptômes, un diagnostic et une ordonnance.

Nullement!!!

Il s’agit d’appréhender son corps, d’être à son écoute et de déterminer son état de santé pour ensuite diagnostiquer les premier signes de la maladie afin de ramener L’ESPRIT, LE CORPS et donc LA CONSCIENCE vers une état d’équilibre.

Autrement dit, ce n’est pas à un moment donnée mais UN MODE DE VIE COMPLET.

Alors que notre médecine occidentale est dans le curatif ( et donc à soigner uniquement les symptômes), la MEDECINE TRADITIONNELLE AYURVEDIQUE INDIENNE est dans le PREVENTIF: TRAITER LES CAUSES FONDAMENTALES. 

Une personne saine restera saine en pratiquant l’AYURVEDA et une personne en mauvaise santé recouvrera la santé GRACE à l’AYURVEDA.

Les praticiens doivent ainsi connaître au minimum 250 espèces de plantes les plus usitées sur les 12 000 existantes.

COMMENT CA SE PASSE? 

En ayurveda, la santé repose sur l’équilibre entre 3 substances ( appelées DOSHAS)

  • VATA
  • KAPHA
  • PITTA

Les DOSHAS sont en lien avec LE VENT, LA TERRE et LE FEU.

Les pouls des différents types de corps sont comparés à UN SERPENT, UNE GRENOUILLE et à UN CYGNE

Les 5 éléments: ETHER, AIR, FEU, EAU et TERRE se mélangent pour LE PRAKRITI: L’ÊTRE UNIQUE que nous sommes.

L’univers détient ces mêmes éléments et lorsque l’univers est boulversé, LE PRAKRITI l’est aussi.

Il faut donc rester en accord avec la nature sinon la nature va nous procurer un remède…naturel.

Ainsi, les maladies, la chaleur, les bouleversements émotionnels, le manque de perspicacité ou une mauvaise alimentation sont autant de facteurs qui favorisent le déséquilibre des DOSHAS.

Pour rééquilibrer, plusieurs possibilités:

  • PANCHAKARMA ou détoxification
  • ABHYANGA ou massages à l’huile
  • SVEDANA ou transpiration
  • herbes médicinales
  • yoga
  • méditation
  • nourriture

LA NOURRITURE AYURVEDIQUE

Il est important de comprendre qu’il s’agit là D’UN VERITABLE EQUILIBRE dans sa globalité.

Ainsi, en fonction du déséquilibre d’un des DOSHAS, la nourriture ne sera pas la même.

Par exemple, si vous avez trop de VATA, il faudra favoriser le sucre.

Un excès de PITTA demandera à refroidir la nourriture pour faire diminuer LE FEU qui est en vous.

Un excès de KAPHA vous alertera: pas de produits laitiers pour votre corps.

Vous le voyez, il ne s’agit pas d’éliminer le sucre ou les aliments gras de votre alimentation: surtout pas.

IL S’AGIT D’E-QUI-LI-BRER votre alimentation pour que chacun de vos DOSHAS soient en harmonie.

UN MMIRACLE POUR LES MALADIES?

Les médecins et scientifiques en tout genre occidentaux n’aiment pas vraiment l’ayurveda comprenant que cela peut mettre à mal tout le système pharmaceutique, les laboratoires etc…. En clair, leur manque d’humilité ne leur montre que le côté argent, bénéfices.

Pourtant, il n’est plus à démontrer en Orient et Asie de l’Est que l’ayurveda permet par exemple de traiter des maladies chroniques telles que la maladie de Parkinson, la polyarthrite rhumatoïde.

Il en est de même pour les effets secondaires de certains traitements.

Les médecins occidentaux pensent que ce qui n’est pas prouvé scientifiquement n’a pas de valeur.

Or, en Inde; seules des observations suffisamment longues et sur de nombreux patients ont montré que LES MOLECULES DU POIVRE NOIR détruisent  le cancer. 

L’AVENIR DE L’AYURVEDA

Nul doute que l’Inde doit encore travailler durement pour montrer, voire démontrer que << LA SAGESSE AYURVEDIQUE>>  est bien là, efficace.

Aucune plante n’est dénuée de qualité médicinale et c’est en cela que L’AYURVEDA n’est plus à prouver.

Il faut juste que le monde moderne des scientifiques comprennent que LA MEDECINE AYURVEDIQUE est ANCESTRALE et que SEULE LA NATURE a ses secrets pour guérir l’Homme.

IL NE S’AGIT NI D’UNE SICENCE ou D’UNE PHILOSOPHIE mais D’UN MODE DE VIE ayant pour objectifs:

  1. SANTE
  2. EQUILIBRE
  3. HARMONIE

 

PREMIERS PAS VERS L’AYURVEDA

Concrètement, 3 chemins que vous pouvez emprunter:

L’ALIMENTATION:

  • consommer des aliments locaux, qui poussent sans AUCUN produits toxiques.
  • éviter les aliments crus car difficiles à digérer.
  • manger uniquement quand la faim se manifeste
  • boire beaucoup d’eau CHAUDE
  • éviter les boissons froides
  • déjeuner à 12h00
  • petit déjeuner et dîner LEGERS

PRENDRE 1 MINUTE POUR REFLECHIR ET PRATIQUER LA GRATITUDE AVANT DE MANGER

LE REVEIL:

  • routine ayurvedique: se lever avant le soleil dans l’idéal afin de se mettre dès la première heure dans le rythme de la Nature.
  • cela implique de se coucher tôt
  • ainsi, vote rituel du matin ( se réveiller, se lever, se laver et petit déjeuner) doit être effectué avant 8h00

DETOX MAISON:

  • massages à l’huile de sésame chaude de la tête aux pieds avant de se laver.

Voilà donc ce tour de l’Inde ayurvedique  terminé.

J’espère que cela vous aidera à mieux et plus vous écouter, à prendre soin de Vous à travers votre Corps. De prendre soin de votre Corps à travers vous.

Et n’oubliez pas mes jolis parents que ce que vous êtes et faites, vos p’tits papillons se calquent sur vous. Et comme je le dis souvent: demain se prépare aujourd’hui alors faites prendre les bonnes habitudes à vos enfants pour qu’ils puissent grandir en harmonie avec eux-mêmes et l’être avec les Autres.

♠Belle journée ♥

 

PETIT LEXIQUE

VATA: représentant LE VENT.

Les personnes dont le dosha principal est le VATA sont ALERTES etVIVES D’ESPRIT.

Elles ont souvent froid, déshydratées et anxieuses et stressées.

Manifestations du déséquilibre: constipation et insomnie

Actions: ces personnes ont besoins de rester au chaud et de pratiquer le yoga.

PITTA: représentant LE FEU

Les personnes dont le dosha principal est PITTA ont UNE EXCELLENT DIGESTION

Manifestations du déséquilibre: fort risque d’inflammations, d’ulcères, d’éruptions cutanées et d’infections

Actions: éviter les épices, les condiments et favoriser les aliments rafraîchissants

KAPHA: représentant LA TERRE, apportant la SOLIDITE AU CORPS ET A L’ESPRIT

Les personnes dont le dosha principal est le KAPHA sont stables, souples et patientes.

Manifestations du déséquilibre: prise de poids, dépression et asthme.

Actions: réduire les produits laitiers et les aliments gras. Faire régulièrement de l’exercice.

 

 

 

 

 

 

 

BIENVEILLANCE ET FRATRIE

enfants-dansant

Mes jolis parents, un nouveau post aujourd’hui pour aborder la Bienveillance dans la Fratrie. En effet, il m’est souvent demandé comment mes 7 p’tits papillons gèrent leurs discordes et comment la maman que je suis réagit? En toute logique je réponds << avec beaucoup de bienveillance>>.

C’est un mot très en vogue de nos jours mais qu’en est-il réellement? Mythe ou réalité d’éducation positive?

REGLE N°1: ARRETONS DE SE VOILER LA FACE

Oui tous les enfants se disputent, se grognent dessus voire vont jusqu’à se crêper le chignon et franchement heureusement!

Petit rappel: nous sommes des mammifères qui défendons notre territoire si nous nous sentons en danger.

Revenons à nos moutons, euh… à nos p’tits papillons

Je disais donc que non l’enfant parfait qui veut tout bien, qui ne bouge pas, qui accepte tout des autres y compris de ses frères et soeurs n’existe pas. D’ailleurs il ne serait pas parfais mais soumis: AU SECOURS!!!

C’est pourquoi…

…REGLE N°2: LAISSONS NOS ENFANTS EXPRIMER LEURS DIFFERENCES

Les frères et soeurs qu’ils sont; malgré les mêmes parents, la même éducation, la même instruction sont avant tout des ENTITES PROPRES. Autrement dit, un être UNIQUE, avec un mode de pensée UNIQUE et des capacités à entendre les choses de manière UNIQUE.

Ne cherchons donc pas à minimiser ou à occulter les discordes voire les disputes.

Chaque enfant d’une fratrie existe AUSSI en s’affirmant et ainsi souhaitant être respecté dans ses prises d’opinions.

Bon après, je suis bien d’accord avec vous qu’il est inutile de sortir les épées et les flèches hahahahaha^^^. C’est donc là qu’intervient la …

REGLE N°3: COMPRENDRE AVEC BIENVEILLANCE

Une fois que la colère est passée, que tous les noms d’oiseaux ont été cités, que certains aient fait leurs valises car voulant trouver << des frères et soeurs mieux qu’ici>> ( oui oui c’est du vécu^^^) ; laissons le temps à nos enfants de redescendre. Laissons passer l’orage et ne cherchons pas à trouver le pourquoi du comment: cela leur appartient.

Par contre, notre devoir est de les mettre face à leurs colères, leurs frustrations qui les ont poussés à se mettre dans cet état et à être blessants envers leurs frères et soeurs et avant tout envers eux-mêmes.

A nous d’être à l’écoute, d’entendre sans jugement ni parti pris. UNIQUEMENT entendre et comprendre les enjeux d’une dispute ou de coups portés mais toujours en laissant notre petit papillon s’exprimer sans se faire juge et sans punir sans vouloir comprendre.

REGLE N°4: RESOUDRE AVEC BIENVEILLANCE

Une fois que tous nos p’tits papillons se sont exprimés, il est temps de les mettre face à leurs responsabilités. Oui, oui même très jeunes les enfants savent ce qu’ils peuvent faire ou non, ce qui fait mal au coeur, à l’âme ou au corps.

Ainsi, afin que ce soit plus aisé, isolons les 2 enfants ( ou plus) dans une autre pièce, neutre et vierge de toute énergie négative et demandons à nos enfants:

<< et toi que souhaites-tu faire pour que cet orage se transforme en période de soleil?>>

Et bien vous verrez que du plus jeune ou plus âgé, nos p’tits papillons ont une clairvoyance et une volonté BIENVEILLANTE de vouloir réparer assez inouïe. Leur demander c’est les impliquer dans la compréhension de leurs actes et dans la capacité à résoudre l’incident tout en prenant conscience de l’Autre dans la gentillesse afin de BIEN-VEILLER sur leurs frères et soeurs.

POUR VOUS AIDER…

… ce que je mets en oeuvre dans notre Foyer, avec mes 7 p’tits papillons (même si la dernière est Bébé elle est présente et écoute).

UNE FOIS PAR MOIS, je réunis les enfants dans le salon ( vous choisissez la pièce la plus adaptée, la plus fédératrice) et nous nous mettons tous en rond.

Nous nous donnons tous la main et à tour de rôle ( il n’y a pas d’ordre défini) chacun défini la période qui vient de s’écouler.

Chacun grands et petits s’expriment sur:

  • qui j’ai été? à titre personnel puis vis à vis de mes frères et soeurs?
  • ce que j’aurai pu faire pour faire plus attention à ( ceci) ou à ( et l’enfant nomme son frère et/ou sa soeur
  • sa demande de pardon ( non pas au sens religieux du terme) mais bien au sens altruiste du terme: je reconnais que je t’ai blessé (ée) et je te demande de m’en excuser.

Cela permet à l’enfant de REALISER ses agissements et au membre de la fratrie concerné d’entendre que ce n’était PAS PREMEDITE

  • les résolutions pour que chacun d’eux VEILLE BIEN sur les Autres.

C’est une sorte d’engagement qu’ils prennent les uns envers les autres et une feuille de route pour que d’un mois sur l’autre ils se montrent plus ATTENTIFS, ATTENTIONNES et plus BIENVEILLANTS.

ALORS VOUS AUSSI ESSAYEZ ET DITES MOI VOS RESSENTIS ET CELUI DE VOS P’TITS PAPILLONS

Parce que je crois en la valeur essentielle de Bienveillance, et parce que je suis persuadée que cela s’apprend même in utéro; je souhaitais vous faire partager ce post.

Belle journée mes parents.

Quelques bouquins en plus:

PARENTALITE ET BIENVEILLANCE

BIEN AU-DELA DE LA FRATRIE

ACCUEILLIR BEBE

 

 

 

 

 

 

LES RITUELS POUR EXPLIQUER LA MORT A NOS ENFANTS

Pendant ce break qui a été salutaire pour mes p’tits papillons et moi; il a bien fallu s’occuper quand il a plu ( car oui il a plu un peu quand même 🙁 ) et nous en avons profité pour regarder un film d’animation que mon 4ème p’tit papillon avait été voir au cinéma avec l’école.

 

 

Un sujet certes douloureux mais il me semblait important dans ce blog de parler AUSSI des sujets douloureux auxquels nos enfants sont ou seront confrontés.

Parce qu’à 15 jours de la fête des mamans, certains d’entre nos p’tits papillons n’auront pas leurs mamans auprès d’eux ou/ni leurs grands-mères.

Le but n’est pas de faire pleurer tout le monde ni de donner un enseignement brut, précis et certain. Surtout pas.

Il s’agit seulement de vous apporter quelques clés qui pourront vous aider, vos enfants et vous à parler de la mort, sans tabou, sans haine, sans sentiment d’injustice et surtout de trouver avec vos p’tits papillons la manière de continuer à faire vivre vos défuntes, NOS défuntes ( et défunts de manière générale).

PAS DE TRES LONG DISCOURS MAIS DES REFERENCES POUR DISCUTER AVEC VOTRE ENFANT

En tout premier lieu, je vous parle du film COCO

Une véritable pépite pour engager avec vos p’tits papillons une discussion sur la mort car il s’agit d’un petit garçon qui va remonter la généalogie de ses ancêtres pour savoir qui est son grand-père décédé ( résumé du film ). Grâce aux couleurs de ce film, la musique gaie et surtout ce petit Miguel si attachant; ce film d’animation est véritablement initiatique.

Nos enfants qui sont vierges de tout n’ont pas peur intrinsèquement de la mort. C’est la manière dont nous, parents; apprenons à vivre avec qui conditionnent nos enfants.

Ne surtout pas éluder les questions et savoir dire: << je ne sais pas>>. L’enfant n’attend pas forcément une réponse mais attend VOTRE REPONSE EN TOUTE HONNETETE.

Rappelez à vos enfants qu’en donnant la vie, nous donnons aussi la mort. Et oui mes jolis parents!!! Aussi terrible que cela puisse paraître c’est une réalité. Et pourtant depuis que l’Homme est Homme, il y a des naissances donc des décès.

Quelques lectures pourront vous aider à parler d’un départ d’un proche, d’un malade proche que vous accompagnez vers sa dernière demeure.

Car de toutes manière, nos p’tits papillons ressentent les choses avant même que nous ne leur en parlions.

Leur dire simplement qu’ainsi de la même manière que nous venons du néant, nous retournons au néant.

Mon histoire personnelle m’a amenée à accompagner un être très proche  ( et pas qu’un puisque la vie est ainsi faite) vers la mort. Et le temps que je prenais à accompagner ma cousine, je ne le prenais pas avec mes enfants de la même manière et ma présence à mon domicile était emprunte de tristesse, d’introspection. Sont venues les questions de mes enfants: << qui, quand, comment? Pouvons- nous aller la voir à l’hôpital puis plus tard à la chambre mortuaire?…>> . Je me devais de répondre à toutes leurs interrogations qui devenaient source d’angoisse. <<Et toi maman, tu vas mourir? – oui mes Amours. Je vais mourrir un jour, comme tout le monde;  mais je compte bien être là encore pour vous voir grandir et vous voir devenir de grands enfants en pleine capacité de VIVRE>>.

Bien sûr cela ne leur donne ni l’endroit ni le lieu ni le moment mais J’AI REPONDU.

Suite à Coco, ils ont aussi beaucoup posé de questions et j’y ai répondu en fonction de l’âge évidemment. Les préparer à la séparation ultime n’est pas les terroriser mais seulement les Elever vers le PROPRE SENS DE LEUR VIE. 

Parler de la mort, c’est prendre plus conscience encore de la Vie, de LEUR EXISTENCE.

N’ayez pas peur, nos enfants ont une capacité de compréhension qui n’est surtout pas à négliger.

POMME D’API

LE PETIT LIVRE DE LA MORT

LE SENS RELIGIEUX DE LA MORT

C’EST QUOI LA MORT?

J’ATTENDS MAMMY

ETRE SOEURS MAIS MOURIR AUSSI

MARCEL RUFO NOUS EXPLIQUE

Et puis, il y a 1000 et 1 façons de continuer le lien avec nos défunts: je vous parle des rituels maintenant.

LES RITUELS QUI MAINTIENNENT NOS PAPILLONS AVEC LEURS DEFUNTS

Bien sûr, en premier lieu le RITUEL TRADITIONNEL est celui de la sépulture où l’enfant avec sa famille va prendre conscience que l’être cher est parti et ne reviendra pas.

En occident, notre vision de la Vie est linéaire avec un Début et une Fin.

En orient ( dont je vous rappelle mes origines), leur vision de la Vie est circulaire donc nous avons plusieurs vies en quelque sorte pour recommencer jusqu’à temps de parvenir à notre QUASI PERFECTION. C’est pourquoi les indiens par exemple ( au hasard 🙂 ) n’ont pas peur de la mort. Leurs cérémonies ont lieu dans la musique, de vives couleurs. C’est un renouveau de pouvoir vivre une nouvelle vie qui les comblera plus encore que la précédente.

Avec nos p’tits papillons, je vous invite à avoir des rituels qui viendront rassurer l’enfant et qui ne vivra pas cela comme une fin mais comme une étape dans sa vie.

Quelques exemples

Dans sa chambre: 

  • votre p’tit papillon pourra déposer une photo de l’être aimé
  • s’il le souhaite; il pourra déposer un dessin ou tout autre objet important à ses yeux qu’il puisse adresser à CET ETRE CHER
  • laissez le mettre un bijou ou autre
  • j’aime l’idée d’unir la terre et l’air. Je vous explique: nos enfants sont sur Terre et pour eux, les être partis sont dans le Ciel alors…
  • … p’tit papillon peut déposer une fleur ( qui vient de la TERRE) et un objet en forme de Lune ou un beau dessin du Soleil ou encore son plus beau dinosaure en plastique Bleu comme la couleur du CIEL

Je vous vois sourire mes jolis parents mais je vous assure que cet autel « DIY » permettra à votre p’tit bout de se familiariser avec l’absence de l’être cher et ne vivra plus ce deuil comme une souffrance mais comme une véritable ETAPE

Dans une pièce de la maison: 

Possible avec des plus grands, rassembler 4objets ou autre qui signifient les 4 éléments que sont: LE FEU, LA TERRE, L’EAU ET L’AIR

Une lumière par exemple symbolisera la force avec laquelle votre p’tit papillon va se relever de cette épreuve de Vie

Une fleur ou une poterie symbolisera la structure, l’enracinement que lui aura légué votre, son ancêtre

Un aquarium ou un vase rempli d’eau  symbolisera la purification à travers les larmes versées lors de la sépulture par exemple ou lorsque la famille entière se souviendra d’un évènement

Un mobile ou une suspension symbolisera l’air qui permet de se libérer, de s’alléger… de chasser les nuages pour laisser la place au Soleil

Toutes ces actions, même les plus insignifiantes à vos yeux; doivent être faites PAR VOS P’TITS PAPILLONS.

Je vous parle de LEURS RESSENTIS, LEURS MANIERES DE VIVRE LA DOULEUR DE LA SEPARATION ETERNELLE.

Tous ces rituels dont ils auront décidé la forme, l’instant, la périodicité les aideront à accepter à leur rythme une situation qui se répètera au gré de LEURS VIES.

 

BON COURAGE ♥♥♥♥MES JOLIS PARENTS ET FAITES CONFIANCE A VOS PTITS PAPILLONS ♥♥♥♥

 

 

 

 

MON BIEN -ETRE? ETRE DEHORS

<< Si vous voulez vraiment éduquer vos enfants, emmenez-les dehors. Faites-leur écouter les oiseaux, montrez-leur les étoiles et la beauté d’un arbre. C’est ainsi qu’ils apprendront à ressentir, à écouter, à voir >> JIDDU HRISHNAMURTI

Mes p’tits papillons, aujourd’hui, c’est un article qui s’adresse à vous. A votre bien-être, votre souhait de vous connaître, d’apprendre de vous et de votre environnement. A vous mes jolis parents :-); je vous adresse un message de lâcher prise, de complicité, d’émerveillement, d’attention. En effet, quoi de plus profitable pour nos enfants que de faire corps avec … LA NATURE. Profitable pour eux et pour nous aussi.

LES BIENFAITS sont nombreux:

Dame Nature

  • apaise,
  • toutes les essences d’arbre autour de nous dans une forêt renforcent notre système immunitaire ( oui oui vrai de vrai)
  • renforce la concentration de nos p’tits papillons ( aspect non négligeable)
  • cet véritable aire de jeux taille XXXLLL leur permet alors de démultiplier leur imagination, leur donnant ainsi plus confiance en eux.
  • le fameux DEVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR est développé +++.
  • donne à nos enfants d’être explorateurs, inventeurs et /ou baroudeurs aussi hahahahaha.

Par NATURE j’entends aussi la mer, cette faste étendue d’eau qui se perd à l’infini, et qui, par le sable permet 1000 et 1 activités aussi enrichissantes les unes que les autres.

La montagne aussi qui donne à nos p’tits papillons la possibilité de se dépasser: gravir un sommet n’est pas chose aisée et cela leur apprend ainsi beaucoup sur eux: <<OUI TU PEUX LE FAIRE. PEU IMPORTE LE TEMPS, LA MANIERE: TU PEUX LE FAIRE>>. Quelle humble fierté ensuite d’être parvenu à se dépasser!   🙂

ETRE DEHORS pour un enfant, dans de grands espaces verts, maritimes ou montagneux lui permet tout simplement de retrouver l’essentiel: LA LIBERTE. Liberté d’agir, de découvrir, de s’émerveiller, de river, d’imaginer, d’apprendre en s’amusant. Bref, d’être EUX sans entrave.

Les familiariser avec la NATURE ( sous n’importe quelle forme), c’est leur faire prendre conscience aussi d’en prendre soin pour les générations à venir. Un véritable outil pédagogique pour qu’en se respectant eux, en respectant la Nature; les générations à venir pourront faire de même: ouah quelle superbe responsabilité ludique et transmission !!!

ET POUR LES URBAINS? 

Je vous entends, oui oui mes jolis parents qui vivez en ville: <<on trouve de la verdure où nous?>>

Et bien justement, aujourd’hui, de plus en plus de ville permette de se promener dans des parcs:

  • où il fait bon humer de nouvelles variétés de fleurs
  • où vous pouvez avoir un petit potager privé (se renseigner des tarifs auprès de votre commune)
  • où vous pouvez vous balader sans respirer l’odeur des pots d’échappement
  • nos p’tits papillons peuvent apprendre à tenir un potager via des associations et les éveillant ainsi aux fruits et légumes et aux modes ECOLOGIQUES de production

Il ne faut surtout pas hésiter à vous renseigner pour que tous ces lieux méconnus fassent partis de votre quotidien. Quoi de mieux pour nos Bébés de faire leurs premiers pas sur l’herbe toute fraîche, ou se tremper les pieds dans un petit lac?

MILLE JEUX QUI NE COUTENT RIEN

LA NATURE est totalement gratuite et permet tant de jeux:

  1. le memory ( cacher sous des feuilles un caillou, une fleur ramassée par terre, etc…) et demander à vos enfants de les retrouver
  2. le memory est également valable à la mer ( avec des coquillages, des algues, etc…)
  3. la nuit, contempler les étoiles et repérer le nom de chaque constellation
  4. ramasser des branches et faire un feu
  5. faire le funambule sur une poutre en bois qui surplombe une rivière ( prudence quand même: pas trop haut et pas trop profonde!! ^^^)
  6. repérer les animaux et insectes en tout genre et les regarder ( les fourmis sont un vrai film un elles toutes seules)
  7. en forêt, trouver des rondins de bois et faire une sculpture.
  8. … et tant d’autres idées.

ALORS VOUS VOYEZ mes p’tits papillons et mes jolis parents: pas de panique. Les vacances arrivent et vous allez pouvoir vous amuser, partager, rigoler, vous dépenser tout simplement, de manière responsable et éducative sans vous prendre la tête. LES BENEFICES seront pour nous tous.

DAME NATURE a tout prévu: pourquoi s’en priver? 🙂

Belle journée et à la semaine prochaine pour un nouvel article qui s’intéresse à eux, nos p’tits papillons; et qui nous aide nous, jolis parents :-*

 

 

DYS MAMAN QUI SUIS-JE AVEC MES TROUBLES?

<<- un enfant unique car chaque être est unique mon p’tit papillon >>

cropped-fantadys-1000x4001

C’est de p’tits papillons aux spécificités propres dont je vais vous parler aujourd’hui: ces enfants appelés enfants Dys. Sans être touchée à titre personnel;  des enfants de ma famille , de mon cercle amical présentent cette spécificité. En effet, je n’ai pas envie de parler ni de différence ( vous avez le même nez que votre voisin vous ? ) , ni de handicap ( ce terme met une barrière: comme si parce que l’autre réagissait autrement, il était  moins que nous et que nous étions plus que lui). Non. De ce que j’en sais et de ce que j’ai pu découvrir au contact de ces enfants et à travers mes lectures; ces difficultés d’apprentissage sont diverses et variées mais pas insurmontables et ne font surtout pas de ces enfants des OVNI.

Pourquoi ces enfants sont-ils stigmatisés (même si les mentalités évoluent: ouf!!!)? Pourquoi sont-ils envoyés chez des psy qui vont culpabiliser leurs parents ( vous écoutez trop votre enfant, il est instable,etc…)?

Mis à l’écart du système scolaire (comme s’ils étaient les tares de notre société)?

Quelles clés pour les rendre plus épanouis ( car ils existent des alternatives)?

Quels outils pédagogiques ( oui il y en a)?

Je vais essayer dans ce post d’être brève et informative grâce à des liens espérant ainsi stopper les rumeurs fondées sur des à priori aussi néfastes pour les enfants que pour leurs parents. 

QUELQUES NOTIONS

DYSlexie: troubles de la lecture et de l’acquisition du langage écrit

DYSpraxie: troubles du développement moteur et de l’écriture

DYScalculie: troubles des activités numériques

DYSphasie: troubles du langage oral

DYSorthographie: troubles d’acquisition de l’orthographe

DYSgraphie: difficulté dans l’apprentissage de l’écriture

QUELQUES SITES POUR MIEUX COMPRENDRE

FEDERATION FRANCAISE DES DYS

LES TROUBLES DYS

UNE PRISE EN CHARGE INDISPENSABLE

MOULTES DEMARCHES

QUELQUES LIVRES POUR LES PARENTS

AIDER SON ENFANT A LIRE

TO BE COOL EN LISANT

AIDER SON ENFANT A ECRIRE

PAS D’PANIQUE

SON PARCOURS

QUELQUES LIVRES POUR LES ENFANTS

CLODOMIR MOUSQUETON

MYTHOLOGIE

UN ADO DYS

MATILDA

SAMUEL

QUELQUES SOINS POUR LES ENFANTS

LA SOPHROLOGIE WHY NOT

LE YOGA LACHER PRISE

LA KINERSIOTHERAPIE SE LIBERER

QUELQUES JEUX D’APPRENTISSAGE

MES COUPS DE COEUR

CARTABLE FANTASTIQUE

OXYBUL

VOILA donc mes jolis parents. J’espère que ce post vous aidera et pourra vous rassurer. Votre petit papillon a toutes les capacités pour réussir, pour s’épanouir et ETRE LUI. Alors n’hésitez pas à vous renseigner, à lire et à BOUSCULER aussi le corps enseignant, éducatif en général( le sport, les associations diverses et variées) pour que les ENFANTS DYS NE SOIENT PAS CONSIDERES COMME INCAPABLES MAIS COMME DES ENFANTS AVEC UN ENORME POTENTIEL QUI NE DEMANDE QU’A ETRE MISE EN EXERGUE.

Belle fin de journée 🙂

J’AI ÉTÉ NOMINÉE AUX SUNSHINE BLOGGER AWARD !

LE QUOI? …- SUNSHINE BLOGGER ?

Le principe est simple : une blogueuse nomine 7 blogueur/ses et leur pose 7 questions auxquelles ils/elles devront répondre avant de nominer à leur tour 7 (ou plus) blogueur/ses et de choisir 7 questions ( ou plus)  à laquelles ils/elles devront répondre … Et ainsi de suite.

L’OBJECTIF DE LA CHAÎNE:

Vous dévoiler un peu la personne qui rédige derrière son écran et vous faire découvrir des blogs aussi intéressants les uns, les autres.

POURQUOI “7” ?

7 comme les jours de la semaine, comme les merveilles du monde, comme les couleurs de l’arc en ciel. 
J’ai été nominée par une adorable maman qui développe dans son blog un tas de sujets tels que la maternité, des produits bien-être naturels et j’ai idées cocooning. C’est donc en toute sincérité que j’ai répondu à ses questions. Merci à toi ma Belle pour cette reconnaissance 🙂 .

Allez vite découvrir son blog SHUREILYA

Comme elle, il est doux, cocooning et bienveillant. Une vraie Belle découverte mais surtout une vraie Belle Personne.

************************************************************************

A MON TOUR, JE NOMINE 7 BLOGUEURS:

UNE ABEILLE EN CUISINE: sans Céline, je ne me serai sans doute pas lancée dans la blogosphère. Merci à toi donc pour tes conseils, pour ta patience, pour ta bienveillance. Je profite de ce post pou te dire MERCI.

Ton blog regorge de bonnes idées culinaires, et le tout accompagnée de tes petites abeilles. Un ensoleillement à chacun de tes idées recettes et photos.

WOMAN, MOTHER AND SOUL: les superlatifs vont me manquer pour parler de toi jolie Mélody. En effet, ta force, ta ténacité font de toi une véritable Bombe. Ton quotidien que tu partages est juste boostant. En effet, que ce soit beauté, bien-être, diététique et coaching: tout est réuni pour que ton blog soit une véritable Pépite à ne pas louper. Il brille de mille paillettes ;-). <<Une vraie distributrice de puissant féminine>>.

SAPERLIPAPA: pas assez mis à l’honneur les papas aussi bloguent. Et Seb tu en es l’illustration parfaite. Ton blog apporte un autre regard sur la vie de famille, sur la Vie en général. Tes posts sont frais et plein d’humour. En 2 mots: JE SUIS FAN ( euh ok ça fait 3 mots: pas rrrraaaaave!!!)

CHLOE OU LE PARTAGE DES MOTS: aaaa avec toi Chloé, c’est une nouvelle histoire qui s’écrit. TES mots si tendres, si vrais, si forts sont venus me toucher au plus profond de mon être. Tu as cette pudeur qui en dit autant sinon plus que certains posts. Ton émotion à travers tes partages, tes écrits sont une véritable invitation au voyage émotionnel. Au détour de tes pages, il me semble te connaître si intiment.

MIMIMANUKIDS: pas un blog en soi mais un insta qui a tout l’air d’un blog. A travers ton quotidien Miriam tu m’as fait rentrer dans ton univers de la famille nombreuse à travers toutes ces composantes: musique, nourriture, multilinguistique. Un concentré de Bonheur, de Pep’s et de Voyages que je vous invite à découvrir. Tu es joyeuse, curieuse et j’adooooooooore. 

MA PETITE ASSIETTE: je dois reconnaître que j’ai découvert ton blog il y a peu mais franchement Christelle tu gères grave. En effet, ton blog me parle plus plus plus. Et oui, pouvoir partager, proposer, échanger sur la diversification alimentaire sans que ce soit prise de tête, ou préétabli uniquement par des médecins ou autre c’est top. Les expériences des parents sont sources d’idées, de conseils et c’est du concret. Un belle découverte donc.

Et parce que les blogs viennent aussi d’ailleurs, je ne t’ai pas oubliée Vanessa UN BIEN ETRE VENU D’AILLEURS Merci de m’avoir connectée par Insta. Car je me suis intéressée de plus près à ton blog, ton insta et décidément les RS permettent de belles rencontres: tu es femme qui apaise. Tes centres d’intérêt me conduisent vers de nouvelles thérapies et pour cela j’applaudis des 2 mains et des 2 pieds. Oui, oui je suis encore très souple hahahahahaha. Ton unique préoccupation est de prendre soin de l’Autre et ton altruisme me séduit. J’invite donc mes « followers » à te découvrir.

****************************************************************************

JE VOUS POSE DONC LES QUESTIONS SUIVANTES:

  1. Depuis quand blogues-tu et pourquoi?
  2. Quel message aimerais-tu faire passer?
  3. Quels sont les 3 mots-clés que tu pourrais associer à ton blog et pourquoi ?
  4. Comment te décrirais-tu en 2 mots ? Pourquoi ?
  5. Es-tu fier(e) du parcours que tu as accompli en tant que bloggueur/se ?
  6. Quel est l’article dont tu es le plus fier(e) / que tu as pris le plus de plaisir à rédiger ?
  7. Pourrais-tu imaginer la vie sans ton blog aujourd’hui?

Et j’en rajoute après tout 🙂

  • Comment gères-tu ta vie de blogueuse et ta vie “à côté” du blog ?
  • Partages-tu cette passion qu’est ton blog d’emblée quand tu rencontres quelqu’un?
  • Tu peux choisir un super-pouvoir. Lequel et pourquoi ?

MERCI d’avoir pris le temps de répondre en toute sincérité. A chacune et à chacun d’entre vous maintenant de passer le témoin.

Encore mille mercis à SHUREILYA

A très vite sur vos blogs 😉

Douce journée et à lundi prochain pour un article qui parle de vous, de nous :-*

***********************************************************************

LES QUESTION AUXQUELLES J’AI REPONDU

Qu’est-ce qui t’as décidé à te lancer dans le blogging ? Depuis quand blogues-tu ?

C’est la génèse d’un projet professionnel qui m’a amenée à me lancer dans la blogosphère. Etant très sociable mais très pudique, il a fallu que j’y réfléchisse à plusieurs fois.
Mon premier blog est né le 4 avril 2017 mais je sentais qu’il ne me correspondait pas tout à fait.
Début de cette année j’ai créée un nouveau blog dans lequel je prends plaisir à partager  ma vie de maman de famille nombreuse.

Quel message aimerais-tu faire passer aux gens, à travers tes articles?

Mes articles sont là pour partager mon quotidien de famille nombreuse. Pour montrer que ce sont des joies mais aussi des contraintes, des renoncements. Que ce sont des choix véritables. Qu’il faut savoir donner de soi pour que tout se multiplie et non se divise. ET SURTOUT, montrer que tout est possible quand TOUT est fait avec AMOUR, PARTAGE et BIENVEILLANCE. Ce sont mes mots clés que je mentionne très souvent parce qu’ils sont pour moi, omniprésents dans mon esprit et mon corps. Pour que chacun de mes gestes me rappellent que nous sommes ensemble pour aimer.

Quels sont les 3 mots-clés que tu pourrais associer à ton blog et pourquoi ?

Oups, j’y ai répondu je crois 🙂
ET SURTOUT, montrer que tout est possible quand TOUT est fait avec AMOUR, PARTAGE et BIENVEILLANCE. Ce sont mes mots clés que je mentionne très souvent parce qu’ils sont pour moi, omniprésents dans mon esprit et mon corps. Pour que chacun de mes gestes me rappellent que nous sommes ensemble pour aimer.
Comment tu décrirais-tu en 2 mots ? Pourquoi ?
Entière et forte.
Entière car je ne vis pas les choses à moitié. J’accueille les moments doux ou douloureux sans retenue pour mieux les ressentir et trouver les solutions quand il y a besoin.
Forte car, en tout humilité; mon histoire de vie fait que j’ai la force de toujours trouver le positif dans les situations les plus pessimistes.
Et je m’en réfère à ce que me disent mes proches.
Es-tu fier(e) du parcours que tu as accompli en tant que bloggueur/se ? Quel est l’article dont tu es le plus fier(e) / que tu as pris le plus de plaisir à rédiger ?
Mon parcours débute mais je suis heureuse de pouvoir prendre du bonheur à écrire, à partager et à recevoir des avis positifs. Sans nul doute, celui sur mon adoption a été douloureux mais heureux à la fois: j’ai pu me libérer d’un poids qui vise à ne porter que le côté positif de l’adoption sans pouvoir mettre à jour une véritable douleur viscérale dont personne n’ose parler.

Pourrais-tu imaginer la vie sans ton blog aujourd’hui?
Non car il me donne à partager, à m’ouvrir sur d’autres fenêtres.
Que ferais-tu si tu devenais millionnaire ?
Je ne le dirai pas.
Je mettrai à l’abri mes enfants en leur versant une somme conséquente ( sans leur dire).
Je donnerai à des associations.
Je dépenserai raisonnablement, de manière éthique.
Tu peux choisir un super-pouvoir. Lequel et pourquoi ?
Revenir à ma naissance pour connaître ma mère biologique et l’accompagner dans sa démarche de faire don de moi pour que ni elle ni moi ne souffrions de cette séparation éternelle si tôt dans notre existence.

AUJOURD’HUI LUNDI: QUI JE SUIS?

Entre le bébé et la petite fille que nous étions,
Entre la petite fille et la jeune femme que nous sommes devenues,
Entre la femme devenue épouse et/ ou la mère qui se développe au fur et à mesure
nous nous sommes-nous posées ces fameuses questions issues du questionnaire de Proust?

Autrement appelé  » nos madeleines de Proust « . Et là j’entends celles et ceux qui me suivent sur insta 《aaaaaa c’est pour ça ses madeleines en photo.》 Et oui c’était pour vous mettre sur la piste 🙂

J’ai donc décidé d’y répondre en toute sincérité pour que vous vous fassiez une idée de qui je suis. Bien sûr je pourrai vous donner mon pedigree cash mais quel serait l’intérêt de me décrire sans nuance?

Alors c’est parti et n’hésitez pas à y répondre, voire à le partager 🙂

Bisous mes p’tits papillons :-*

Bisous à vos jolies mamans et jolis papas ( bah oui ils vont être jaloux sinon 😉 )

1. Le principal trait de mon caractère ?
Bienveillante

2. La qualité que je préfère chez un homme ?
Sa liberté

3. La qualité que je préfère chez une femme ?
Sa justesse

4. Ce que j’apprécie le plus chez mes amis ?
Leur générosité

5. Mon principal défaut ?
Entière

6. Mon occupation préférée ?
Mon blog et avant lui, prendre soin de l’Autre de mes Autres d’Amour

7. Mon rêve de bonheur ?
Retourner au pays qui m’a vue naître ( pourquoi pas avec mon mari et mes enfants?)

8. Quel serait mon plus grand malheur ?
La perte de mes enfants

9. Ce que je voudrais être ?

Une tortue car elle vit longtemps et prend le temps

10. Le pays où je désirerais vivre ?

Je suis très bien en France

11. La couleur que je préfère ?

Bleu? Violet? Bleu violet alors hahahahaha

12. La fleur que j’aime ?

Gerbera

13. L’oiseau que je préfère ?

Le faucon

14. Mes auteurs favoris en prose ?

Les autobiographes
15. Mes poètes préférés ?

Raimbaud et Verlaine sans hésiter

16. Mes héros favoris dans la fiction ?

Plus que des fictions, mes coups de coeur cinématographiques: Lennie ( dans « Des souris et des Hommes ») et Max ( dans « La cité de la joie)

17. Mes héroïnes favorites dans la fiction ?

Euh… oups trou noir

18. Mes compositeurs préférés ?
Beethoven ( en musique classique) et Michel Berger ( en variété)

19. Mes peintres favoris ?
Dali  et Munch

20. Mes héros dans la vie réelle ?
Ma sage femme et ma prof d’anglais de lycée

21. Mes héroïnes dans l’histoire ?
Lucie Aubrac et Simone Veil

22. Mes noms favoris ?
Ceux de mes enfants

23. Ce que je déteste par-dessus tout ?
L’injustice

24. Personnages historiques que je méprise le plus ?
Tous ceux qui représentent le totalitarisme et les extrémismes ( vous me suivez?)

25. Le fait militaire que j’estime le plus ?

L’armistice

26. La réforme que j’estime le plus ?

Il y en a tellement!: le droit de vote des femmes, l’abolition de la peine de mort, le droit à l’IVG

27. Le don de la nature que je voudrais avoir ?

Renaître chaque année comme une fleur 

28. Comment j’aimerais mourir ?
Dignement

29. État d’esprit actuel ?

Déterminée

30. Fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence ?

Erreurs de jeunesse et d’amour: nous sommes insouciants et parfois inconscients dans ces périodes là alors indulgence

31. Ma devise ?

<<Aujourd’hui aimer plus qu’hier mais moins que demain>> et je rends à St Augustion les droits d’auteur ^^^^

Alors voilà peut être en aurez-vous appris plus aujourd’hui sur moi?

En lien wikipédia, des grands noms cités ici:

Marcel PROUST

Lennie

Max

Salvador DALI

Edvard MUNCH

MERE DE FAMILLE NOMBREUSE: UN CHOIX ASSUME

Parce que de nos jours, être à la tête d’une p’tite tribu est toujours source d’interrogations; je vais essayer de vous éclairer ce jour, vous rassurer ( si besoin) et surtout vous réitérer que quelque soient nos choix, le tout est de les assumer.

Avant toute chose, je vais balayer les idées reçues pour planter le décor:

  • non il n’y a rien de pathologique (du moins je ne crois pas: rassurez-moi docteur^^^)
  • non les allocations ne sont pas un revenu
  • non la carte de famille nombreuse ne donne pas de réduction partout
  • non ce n’est pas parce que je suis une enfant adoptée
  • non ce n’est pas une méconnaissance des modes de contraception,
  • non mes enfants ne sont pas des accidents
  • ni un défi à relever, ni la peur de m’ennuyer, ni la fainéantise d’aller travailler, ni par croyance religieuse, ni pour être comme… ou différente de…
  • etc,etc, etc

Dès mes 6-7 ans, je me souviens avoir exprimé mon souhait de fonder une grande famille. 4 serait le minimum. A la vue des bébés, je fondais littéralement. Ce n’est pas le corps de la femme enceinte , ou venant d’accoucher qui me fascinait mais bien celui de cet être fragile, vulnérable: à protéger, à aimer. Evidemment l’éducation était pour moi un vain mot dans ma tête de petite fille. Par contre Aimer, Chérir, Partager, Grandir ensemble avaient un sens réel dans mon coeur. Conjuguer sans condition le verbe AIMER.

Une fois devenue mère, et n’ayant aucune difficulté physique ni pendant les grossesses ni pour les accouchements; je sentais que mon rêve devenait réalité et ce, tout naturellement. Jusqu’à 2 enfants,je me sentais comme toutes les mamans et la société me renvoyait une image « normale » de mon identité. Enceinte du 3ème, une soudaine pression de devoir accoucher d’un garçon se faisait sentir. Bah oui, après 2 filles; j’avais forcément commandé UN p’tit papillon du sexe masculin. Je vous passe les réflexions: << vous essayez le garçon?>>. C’est ça!!! Ce qui était naturel, devenait d’un coup d’un seul sujet à discussion même avec des inconnus. Le jour de la naissance…de notre premier petit garçon, nous avons eu droit à: << vous avez bien travaillé!>>. Euh une 3ème fille aurait été un mauvais travail?

Quant 18 mois après notre 2ème petit garçon venait agrandir notre maisonnée, ouh la la nous voulions forcément l’équation 2+2= famille parfaite. Or, la perfection ne fait pas partie de mon vocabulaire. Alors que tout le monde autour de nous cherchait à rationaliser absolument notre situation familiale, nous étions simplement dans l’accomplissement d’un projet de couple, d’un projet de Vie.

Côté organisation, 4 enfants en 4 ans 1/2 forcément il fallait se montrer organisée justement, présente, rassurante, équitable. Nos enfants n’avaient pas demandé à être 4: je me devais de leur donner une place, LEUR PLACE. Nous avions fait le choix d’une famille nombreuse et nous assumions cette responsabilité.

Nous étions 2 face à l’incompréhension de notre entourage, de nos familles. 4 devenait un nombre qui faisait peur. Alors à l’annonce des 5ème, 6ème et 7ème les interrogations se sont transformées en indifférence. Nos amis, eux, se sont trouvés toujours présents, respectant notre vie de couple, de famille. Ce qui me semblait évident enfant, devenait presque un acte à justifier. Jamais ou rarement on va demander à un couple pourquoi ils n’ont qu’un enfant. Par contre, me concernant, il y a 3 questions qui reviennent:

  1. vous vous arrêtez quand?( euh bah on vous enverra un recommandé pour vous informer 🙂
  2. c’est le même papa? (je vous adresse le test ADN?)
  3. c’est un accident? ( parce que votre 1er est un accident?)

Les jours de bonne humeur, je réponds avec humour ou ironie mettant les gens fassent à leurs à priori infondés. Cela ne me viendrait pas à l’idée de demander à un couple quand est ce qu’ils ont eu le dernier rapport et si un Bébé est né 9 mois après, questionnant sur l’identité des parents.

Vous imaginez donc qu’aujourd’hui, avec les 3 petites dernières, et donc 7 enfants; nous suscitons parfois l’admiration, l’incompréhension, l’étonnement.

Pour autant, même si cela demande du temps, de l’énergie, de la disponibilité, une organisation, une discipline, une rigueur; je ne retiens qu’une chose: L’AMOUR est au coeur de notre projet. L’Amour qui est à la base de tout: d’un couple, de parents à leurs enfants.

Alors bien sûr, ce n’est pas toujours le monde des Bisounours. Elever 7 enfants, rapprochés est parfois exigeant, contraignant. Certains parlent de renoncement. De mon point de vue, je ne renonce pas, je diffère ( EVENTUELLEMENT) le fait de profiter d’une vie à 2, de profiter de moments seule. J’ai tout le reste de ma vie pour vivre, expérimenter. Pourquoi se hâter?

Mes quelques mots sont là pour assurer aux couples qui ont ce souhait de famille nombreuse d’aller au bout de ce projet. De passer outre les opinions, les réflexions parfois blessantes car répétées. Il faut aussi accepter d’avancer seuls en famille. En effet, plus vous avez d’enfants, plus vous êtes montrés du doigt, parfois mis à l’écart. Et il faut donc continuer notre vie de couple et de famille à contre courant des normes sociétales.

Cela demande du courage pour nos enfants d’exister au sein d’une grande fratrie, de devoir Partager leurs parents, leurs temps, leurs espaces. Mais quand je vois mes p’tits papillons âgés de 13 ans à 2 mois évoluer, grandir, se développer je me dis qu’ils sont au coeur même de l’essence de la Vie: l’Amour à transmettre. Accueillir le 7ème enfant de la famille a été vécu par les aînés comme un véritable cadeau. Ils ont tous démultiplier leur capacité à Aimer pour ce nouvel être fragile et en devenir afin de lui donner une place, SA place.

Alors ne vous souciez pas des autres, des qu’en dira-t-on. La Vie n’est pas un problème. L’Amour n’est pas une montagne insurmontable. Laisses-vous bercer et faites vous confiance.

 

 

 

ETRE ADOPTEE ET DEVENIR MERE A SON TOUR

<<IL FAUT UN  COEUR SOLIDE POUR AIMER, MAIS IL EN FAUT UN ENCORE PLUS FORT POUR CONTINUER A AIMER APRES AVOIR ETE BLESSE>>

C’est un post plus intime que je vous livre aujourd’hui. Non pas pour me jeter en peinture mais pour partager mon expérience pour ( peut être) en toute humilité permettre à certaines d’entre vous de vous délester d’une forme de douleur viscérale qui vous empêche de vous réaliser dans l’un des plus Beaux rôles d’une femme: DEVENIR MERE.

Être maman pour la première fois est pour toutes une expérience de Vie exceptionnelle tant elle met tous nos sens en éveil, en questionnement. Pour autant ces mamans en devenir auront la possibilité d’apprendre sur la grossesse, sur l’allaitement, sur leurs ancêtres, sur les maladies dites héréditaires, sur les ressemblances et tant d’autres domaines. Elles pourront partager une expérience commune avec leur propre mère.

Pour une enfant adoptée comme moi et tant d’autres, la 1ère grossesse peut être un combat…contre soi même.

En effet, adoptée à 16 mois, j’ai toujours souhaité fonder une grande famille. Loin de moi l’idée que le premier accouchement que je vivrais serait aussi douloureux sur le plan émotionnel. La grossesse s’était déroulée sans aucun problème, comme sur un nuage constatant mon corps évoluer. Plus mon ventre s’arrondissait, plus je sentais mon Bébé bouger et mieux je me sentais. Je vivais ma grossesse de manière très instinctive et avec une forme d’insouciance, laissant mon Bébé se construire en moi. J’étais son sanctuaire.Une véritable gratitude m’envahissait: je pouvais donner la vie alors que ma mère adoptive n’avait pu devenir mère biologique et alors que ma mère biologique avait fait don de mon petit être à un orphelinat indien ( vous suivez? :-))

Le jour de l’accouchement fut comme irréaliste.  Ma fille découvrait le monde du haut de ses 47 cm et de ses 2kg800 mais ce petit corps posé sur moi n’a soudainement été qu’un révélateur de questions : comment ma mère biologique a pu me confier, faire don de moi ( certains diront abandonner mais je retiens le mot don dans ce terme)? A qui mon enfant ressemble t elle, ressemblerait-elle? ( hors mis ses parents que nous sommes)? Et là ce fut comme un ras de marée de larmes qui m’engloutissait. Tout le monde se réjouissait autour de notre petite fille (1ère de la famille, 1ère dans notre cercle d’amis) et moi-même j’étais comblée évidemment de cette jolie fleur d’Amour mais intérieurement, viscéralement je saignais de ne pas savoir d’où je venais et où je pourrais conduire ma fille, vers quel avenir? Allait-elle porter mon histoire comme un fardeau alors qu’elle n’était responsable que de mon bonheur de devenir mère? Il m’aura fallu 9 mois ( le temps d’une grossesse me direz-vous: il n’y a pas de hasard dans la vie) pour me faire violence intérieurement pour ne pas sombrer dans le regret, la nostalgie, la rancoeur, la colère.  Je me devais de construire pour ma fille un avenir, SON avenir.  Elle ne devait pas se sentir coupable de tous ses ressentis. Alors chaque matin était un combat contre moi même, contre mes douleurs les plus refoulées qui faisaient à nouveau surface. J’aimais ma fille avant même sa conception mais j’avais peur de l’aimer. Il est des paradoxes de sentiments parfois qui nous empêchent de nous réaliser. Je sentais en moi, le Besoin soudain de retrouver mes racines.

Aux 2 mois de ma fille, j’étais toujours préoccupée par des questions existentielles sur mes origines. Je décidai donc de prendre le téléphone, de me renseigner auprès de l’association située à Paris pour convenir d’un rdv pour avoir accès à mon dossier d’adoption. Je me souviens comme si c’était hier de ce fameux jour de juillet 2005 où mon mari, ma fille et moi nous sommes déplacés. Dans la voiture, j’étais à la fois anxieuse, confiante, excitée, optimiste. Une fois arrivée, une personne peu chaleureuse nous a ouvert les portes ( brrrr). Nous avons été installés dans une salle où nombre de documentations étaient affichées aux murs. Soudainement, une femme m’a présenté mon dossier. J’avais le coeur qui battait à fond: joie ou tristesse je ne sais plus tant mes sentiments étaient ambivalents. J’ouvris le dossier: RIEN. Que des pièces purement administratives sur le plan légal, sanitaire. Je cachais ma peine, ma déception. Je me souviens avoir regardé ma fille en pensant: << je ne pourrai rien te dire.>> Pas un mot dans la voiture sur le chemin du retour. Un choix s’offrait à moi: sombrer dans la douleur de l’abandon, de l’absence d’information ou continuer la route en rendant grâce pour cette nouvelle vie que m’avait permise de vivre ma mère biologique. Je choisis la deuxième. Mon passé coulait en moi et cela comme tout être vivant qui vit de son histoire passée et de son présent. La question pour chacun, adopté ou non est : que voulons-nous faire de notre avenir? Le mien je le voulais aux couleurs de l’arc en ciel. Celui de mes enfants: je le voulais SEREIN, SANS QUESTIONNEMENTS illégitimes.

Bientôt 13 ans après cette première naissance, 6 p’tits papillons sont venus agrandir notre foyer. La 2ème grossesse a été tortueuse, craignant que tous les tourments vécus à la précédente refassent surface. Je me suis donc montrée hyper protectrice avec le Bébé que j’attendais, avec cette petite fille qui naîtra le même jour… que sa grand-mère adoptive ( la Vie nous réserve des surprises).En regardant mes 5 filles et 2 garçons je garde et entretiens ce sentiment d’Amour inconditionnel qui me permet de leur assurer qu’aujourd’hui <<JE LES AIME PLUS QU’HIER MAIS MOINS QUE DEMAIN>>. Mon histoire de Vie est la mienne et ils construisent chaque jour leur propre histoire de Vie. Mon adoption est souvent un sujet de discussion à la maison mais j’ai appris à y répondre honnêtement, sans retenue et je m’autorise à pleurer de ce qui peut me faire mal, à rire de souvenirs d’enfance avec leurs grands-parents biologiques. Bref, à vivre comme toutes les autres mamans, avec ( peut être) cette part de fragilité plus présente, ou en tout cas, plus exprimée.

Toujours en quête d’informations, je suis en contact avec des personnes qui ont été à l’orphelinat comme moi, ou qui se sont occupés de Bébés qui leur avaient été confiés. Chaque élément, même le plus infime me permet d’apaiser à chaque fois un peu plus mes blessures les plus ancrées en moi. Aujourd’hui je n’attends rien. Je prends chaque élément nouveau comme un cadeau. Et tout cela, je le vis sereinement, accompagnée ou non de mes enfants. C’est eux qui décident de ce qu’ils veulent savoir et quand. JE NE LEUR IMPOSE. ILS SAVENT QUE JE SUIS LA.

Alors si je pouvais laisser un message auprès de vous jolies mamans, au passé inconnu, douloureux; à cette vie d’enfant adoptée: REGARDEZ LE BONHEUR  QUE VOUS CONSTURISEZ AU SEIN DE VOTRE FOYER. L’AMOUR donne des ailes, nous fait sortir de nos entrailles des capacités insoupçonnées de Partager de Bienveillance, de Réassurance. Nos enfants vivent présentement de ce qu’ils reçoivent de leurs parents, de leurs grands-parents ( y compris adoptifs) et SURTOUT: NOTRE HISTOIRE NE LEUR APPARTIENT PAS.

SOYEZ SURE DE VOUS, DE VOTRE « MOI » LE PLUS PROFOND, SOYEZ INDULGENTE AVEC VOUS-MÊME, SOYEZ FRAGILE CAR CELA VOUS REND AIMABLE ( au sens premier du terme: être aimée). L’enfant adoptée que vous êtes et que vous resterez a un MERVEILLEUX MESSAGE DE RESILIENCE à transmettre à VOS P’TITS PAPILLONS.

Embrassez fort vos p’tits papillons.

Prenez soin de vous mes jolies mamans.

En complément:

COMPRENDRE L’ENFANT ADOPTE

UN FILM A VOIR

LA JOIE EST POSSIBLE

TETINE OR NOT TETINE

A regarder ma fille de 4 ans ce we, elle me donnait sans le savoir le sujet du post de ce jour ( et oui c’est toujours délicat de choisir parmi une 10zaine de sujets). Nos enfants ne sont ils pas géniaux?

Bon revenons à nos moutons…ou plutôt les tétines. Car c’est THE sujet of the day.

Les fameuses totottes, tuttes, suces, toches, tétinoches et tant de surnoms encore.

Peu importe le terme utilisé, nos p’tits papillons nous mettent parfois à l’épreuve.

Le décor

Qui n’a jamais dit: << moi mon Bébé arrêtera la tétine facilement quand je l’aurai décidé!>> ou encore << et dire que ce pauvre gamin se promène encore avec la roche. La honte quoi. Hahahahahahaha: jamais ça chez moi c’est clair et net>>?

Qui n’a pas cherché ce fameux objet ( parfois non identifiable car un peu dégueu soyons honnêtes) en pleine nuit en revenant de soirée dans la voiture tandis que nos petits papillons nous braillent dans les oreilles: << JE VEUX MA TOTOOOOOOTTTTEEEE>>?

Ou une fois arrivé chez soi: grrrr la totte est où? << j’y retourne mon Trésor elle chez mamie à 20 minutes de voiture. Ouf les pneus neige sont déjà mis ( et oui c’est plus drôle quand il neige).

Je vous passe aussi les réflexions que famille, grands-parents en tête, amis ayant été parents avant vous, médecins dont des pédopsy vous font, nous faisant passer par toutes les couleurs: << tu l’écoutes trop; il est grand temps qu’il grandisse. Franchement de notre temps…. Vous avez pensé à sa dentition? Quelle image pour Elle?>>

STTTTTTTOOOOOOOOOPPPPPPPP!!!!!!!!!

Déculpabilité

Arrêtez de nous faire culpabiliser, nous pauvres parents.

Imparfaits nous sommes, imparfaits nous le resterons.

  1. NON aux règles établies ( par qui d’ailleurs??? parents ou médecins?) qui nous laissent à penser qu’arrivé à l’école Bébé ne doit plus avoir de tutte.
  2. NON aux idées préconçues qui nous voudraient nous culpabiliser: pas assez aimé, pas assez choyé, pas assez ceci, pas assez celà. Trop écouté, trop laissé à lui-même; trop ceci, trop cela.
  3. NON aux problèmes de santé. Aucune étude ne montre réellement l’impact de la roche sur nos p’tits papillons; pas plus que psychoémotionnels.
  4. NON aux problèmes d’image. Depuis quand notre p’tit papillon se soucie de son image? Il s’en fiche et heureusement. Alors cessons, nous adultes de céder à ce dictate de l’image, des modes.

Les solutions douces et empathiques

Elles existent. Rien ne sert d’imposer notre volonté auprès de nos bambins pour satisfaire à un pression sociale. Mais à nous permettre, à nous parents; d’être patients et faciliter, accompagner cette séparation pour notre progéniture de leur tutte d’avec leur corps.

Car il s’agit de cela.

Tandis que les adultes se positionnent toujours par rapport aux autres, nos p’tits papillons eux satisfont un plaisir qui leur est propre: celui de tototter. Ce réflexe de succion qui vient dès la vie in utéro et qui se poursuit à la sortie du ventre. C’est ANCESTRALEMENT VISCERAL.

La totte a une fonction de réassurance, de cocoon, de protection et tant que l’enfant n’aura ni confiance en son environnement, ni confiance en des situations ( 1ère sortie sans papa maman, 1ère journée chez la nounou) Bébé ne pourra pas se séparer de son objet fétiche.

Dans les faits

Rien ne sert donc d’imposer notre choix d’adulte mais d’être là au moment où p’tit papillon aura pris la décision de se séparer de ce truc …cracra parfois.

C’est ce qui s’est passé avec ma fille hier. M’annonçant à son réveil qu’elle était grande puisqu’elle fêtera son anniversaire dans 1 semaine; elle décida de se passer définitivement de tototte.

<< euh ok ma chérie. Mais bien sûr et es tu certaine de ta décision? C’est une grande décision sur laquelle tu ne pourras pas revenir>> ( Bah oui le dimanche les magasins sont fermés et je n’ai pas de plan B^^^).

Pas d’hésitation dans son regard : elle saute de son lit, descend l’escalier (tandis que j’attends un éventuel retournement de situation).

Et tel un rite initiatique, Ma puce me demande d’ouvrir la poubelle: PLOUF, elle jette sa totte. Terrible: ma fille grandit!!! Bouhouhouhouhouhouhou!!!!

Elle est si FIERE d’elle que c’est une foule en délire qui l’acclame, l’applaudit ( et oui vive la famille nombreuse de 9).

Une nouvelle page s’écrit

Désormais, elle va pouvoir sortir sans avoir à trouver la roche avant le départ, elle va être comprise de tous en parlant, elle va arborer son plus beau sourire. Yahooooooo!!! Une vraie victoire pour elle et de véritables récompenses gratifiantes pour ELLE.

Comme pour vos p’tits papillons, laissons les prendre CONFIANCE en eux, prendre LEURS décisions, les ACCOMPAGNER, les PREVENIR, les FELICITER et la victoire est pour EUX pas pour nous. C’est le début d’une certaine INDEPENDANCE de pensée et d’action: JE PEUX faire sans papa maman.

Il n’est jamais trop tard

Il aura fallu que j’attende ma cinquième enfant pour connaître cette expérience pas évidente pour un p’tit papillon de se séparer d’un objet pour moi banal mais pour elle si nécessaire. Presque vital.

Bel enseignement donc de patience et de confiance.

Premier pas vers le MOI pour Elle.

Premier pas pour moi de LA voir grandir sans que je sois actrice de ses actes.

Comme pour la propreté, quand l’enfant n’a pas décidé rien ne sert d’imposer. Tout est une question de MATURITE: prendre conscience de LEUR « MOI » le plus intrinsèque pour GRANDIR, S’AFFIRMER.

Finalement: EXISTER.

Pour aider en amont votre enfant à se faire à l’idée de la séparation avec sa Suce, quelques bouquins.

Bon courage à vos p’tits papillons et patience à vous, heureux parents.

TOUT EN DOUCEUR

PLUS JAMAIS

C’EST POSSIBLE

MEME PAS PEUR

GOOD VIBES

<<Une fleur ne pense pas à être plus belle que sa voisine. Elle s’épanouit tout simplement>> Zen Shin

Cette citation lue il y a peu illustre parfaitement ce dont je souhaite vous parler aujourd’hui ( ou plutôt ce soir… et je vous prie de m’excuser de cet article tardif).

En effet, quoi de plus difficile pour nous parents, en couple ou parent solo; de donner confiance à nos p’tits papillons. Aujourd’hui, nous savons désormais qu’il y a une part d’inné mais également d’acquis qui peut bouleverser de façon positive ou non l’individualité de notre progéniture. Et plus il y a d’enfants et plus il faut garder à l’esprit que chaque enfant est unique, que chacun a sa place. UN ENFANT= UNE ENTITE PROPRE. Chaque petit papillon a sa manière de voler: pourquoi regarder à côté comment cela se passe alors?

Je ne sais pas vous, parents, mais ce n’est pas toujours évident de prouver à nos chérubins qu’ils ont bien leur place malgré nos vies speeds, nos routes tortueuses parfois, nos doutes, nos projets,etc… Qu’ils sont eux et qu’ils ne doivent pas rougir de leur parcours d’enfant, d’élève, d’ami (e), d’amoureux (se). Et, SURTOUT, qu’ils n’ont pas besoin de se comparer aux autres pour EXISTER, et ETRE DE BELLES PERSONNES.

Comme je dis très souvent aux miens: << vous n’avez pas demander à venir au monde mais sachez que l’Amour, la Disponibilité, la Patience, le Partage ne se divisent pas mais se multiplient. Peu importe comment les autres parents multiplient cet Amour et de quelle manière: l’essentiel étant de grandir en étant fier de qui vous devenez…sans prendre la grosse tête évidemment>>. Ainsi mes p’tits papillons comprennent qu’ils ont LEUR PLACE, chacun,  qui leur est propre et ainsi ils peuvent grandir en comprenant que papa et maman leur accordent la même confiance à TOUS. Et n’est-ce pas de cela dont il s’agit? LA CONFIANCE.

Pour s’épanouir l’enfant que nous avons été ( et j’espère que comme moi vous avez gardé votre âme d’enfant), a eu besoin de ces fondations solides d’Amour et de Confiance.

Nos enfants grandissent grâce à la CONFIANCE que nous leur accordons. Et plus ils ont confiance en eux et moins ils rougiront de QUI ILS SONT. Pas toujours facile me direz-vous et vous avez raison.

Pour cela, il y a des outils très intéressants qui permettent à nos p’tits papillons de S’AIMER, de prendre conscience de LEUR PROPRE EXISTENCE et de <<s’épanouir tout simplement>>.

Leur montrer que l’important est QUI ILS SONT et non ce qu’ils ont.

Cette pensée positive qui consiste à se réjouir de ce qu’ils peuvent vivre en famille, entre amis pour mieux se satisfaire de ce qu’ils vivent et ainsi VIVRE PLEINEMENT, SANS ENVIE et SANS REGRET ou ATTENTE.

Il ne s’agit pas de donner un sentiment de supériorité à nos enfants bien au contraire: QU’ILS NE SOIENT PAS DANS LA COMPARAISON mais DANS LEUR PROPRE EXISTENCE POUR ETRE EUX, POUR EUX et non par rapport aux autres.

Alors bonne lecture avec ces quelques liens à suivre.

Plein d’amour à vos p’tits papillons.

Tu es formidable ( à partir de 6 ans)

L’estime de soi ( ado et adultes)

Pour des enfants épanouis ( livre familial)

L’épanouissement venu d’ailleurs